jeudi 24 novembre 2016

Le point sur la couverture des zones blanches


La  plateforme France Mobile, guichet unique dont l'objectif est d'améliorer la couverture des zones blanches, devrait être opérationnelle fin novembre 2016.

L'annonce en avait été faite à l'occasion du Comité interministériel aux ruralités du 20 mai 2016 : une plateforme de collecte et de traitement des problèmes de couverture mobile dans les zones rurales serait mise en place à l'intention des principaux types d'acteurs impliqués : associations de collectivités locales et opérateurs de télécommunications. L'Etat a conçu ce nouvel outil comme un moyen de lever les points de blocage fréquemment rencontrés par les collectivités, confrontées à l'absence d'interlocuteur institutionnel vers qui relayer les plaintes d'usagers quant au déficit de couverture sur leur territoire, et à la difficulté à obtenir une réponse des opérateurs, pourtant soumis à des objectifs de couverture du territoire, mais avant tout de rentabilité de leurs investissements.

La création de cette plateforme (qui sera accessible par ce lien dès sa mise en ligne) avait été préfigurée par le lancement de deux appels à projets successifs, visant à identifier des zones d'intérêt touristique ou économique non incluses dans le programme de résorption des zones blanches actuellement en cours, lequel concerne principalement les centres-bourgs. L'Etat entendait ainsi déjà solliciter des collectivités qu'elles proposent elles-mêmes des zones stratégiques non couvertes, et la mission France Très Haut Débit avait été créée pour procéder à l'instruction des dossiers. Dans les faits, une faible part des demandes a jusqu'ici été retenue : en effet nombre de secteurs proposés ne répondaient pas aux critères de définition d'une zone blanche sensu stricto (aucun service mobile) mais plutôt de mauvaise qualité de réseau pour tout ou partie des opérateurs.

La mise en place de France Mobile va donc renforcer le dispositif déjà ébauché : des commissions consultatives régionales pour l'aménagement numérique du territoire seront en charge d'élaborer des solutions pour améliorer la couverture dans les zones signalées, en mobilisant les volets techniques, juridiques mais aussi financiers. In fine, il s'agit bel et bien d'orienter l'investissement public vers des zones stratégiques identifiées, pour pallier l'insuffisance d'un financement qui aurait reposé sur les seuls opérateurs dans un cadre strictement concurrentiel ; les collectivités seront également sollicitées pour cofinancer la construction d'infrastructures mutualisées entre les quatre opérateurs et permettant la couverture de leur territoire. L'enjeu étant de répondre aux besoins sans cesse croissants notamment pour l'Internet mobile en 4G.

Accès à l'observatoire de la couverture mobile de l'ARCEP